Les petites choses

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, septembre 7 2006

Les petites choses en carton...

Ce blog est comme dans un carton. Ceux qui veulent me retrouver peuvent venir me rejoindre dans mon nouveau chez-moi virtuel, en cliquant là ! A bientôt !

mardi, juin 27 2006

Un blog comme un miroir

J'ai découvert, grâce à ce post de Didier, un blog qui me ressemble... C'est celui de Tiphaine, ailleurs, dans d'autres sphères... Des textes qui me rappellent ce que je vis, ce qui m'émeut, ce qui m'amuse ou me préoccupe... Parfois, le monde est tout petit ! Je vous conseille particulièrement ses mots sur la maternité... crus, tendres, fragiles, si vrais...

jeudi, juin 22 2006

Chienne de vie !

Pour une fois, ce n'est pas d'un livre dont je vais parler mais d'un dessin animé peu banal : Chienne de Vie. Il s'agit d'une série de 26 épisodes de 26 minutes qui retrace la vie des Jules, deux chiens jumeaux et bâtards, qui vivent dans une chambre de bonne, au dernier étage d'un immeuble bourgeois et perturbent la vie tranquille des braves chiens du quartier, par leur insolence, leur paresse, leur amour de la liberté et parfois leur grossièreté ("Va te faire bronzer dans le micro-ondes, et oublie-nous !", lancent-ils par exemple à leur pauvre concierge qui tente de les sermonner au sujet d'une énième "poubelle party"...).

Il faut dire que ces deux là ne pensent qu'à manger et à faire la fête ! Ils vont et viennent, n'en font qu'à leur tête, n'ont pas de vétérinaire de famille, n'ont ni Dieu, ni maître ! Ils sont bourrés de tendresse et ont de l'humour à revendre !

J'aime aussi, dans le dessin animé, le double niveau de perception : des histoires avec des chiens comme personnages pour les plus jeunes, de sacrées répliques et références pour les plus grands - voire pour les parents.

Les Jules représentent ainsi la jeunesse un peu bohème qui cohabite (plus ou moins bien) avec Monsieur et Madame Brutus, chiens avec pedigree, Colonel, chien (vaillant) de militaire, Rex, le chien policier, Monsieur Bubu, empoyé modèle bien qu'un peu lâche, la concierge, ravagée par trop de visionnage de séries télé... Toutes les couches de la société en prennent pour leur grade ! On n'oublie pas non plus les copains des Jules, bâtards eux aussi, squattant terrains vagues et petits boulots...

L'auteur de cette série est Picha, dessinateur belge, dont vous trouverez une biographie détaillée en jetant un oeil là !

En ce moment, sur le net, on peut trouver le DVD des cinq premiers épisodes à moins de 1€ ! Vraiment, ça ne vaut pas le coup de se priver !

mardi, juin 20 2006

Joyeux anniversaire !

Le 20 juin, c'est aussi l'anniversaire du Mammouth... Je lui envoie de gros bisous bloggesques ! :-) En espérant qu'il n'abuse pas trop sur le calva pour arroser sa bougie supplémentaire !

20 juin : c'est la journée mondiale des réfugiés

Aujourd'hui, c'est la journée mondiale des réfugiés. C'est l'occasion de rester en éveil face aux problèmes que rencontrent les étrangers qui vivent chez nous. A partir du début des vacances d'été, des familles entières risquent d'être reconduites à la frontière parce qu'elles se retrouveront isolées. C'est donc le moment de rester sur ses gardes ! Je ne vais pas faire un grand discours car d'autres le font mieux que moi. Je voulais juste faire un clin d'oeil...

D'ailleurs, le saviez-vous ? A travers le monde, les demandeurs d'asile ont des droits ! Amnesty International les décrit ici ! Vous pouvez aussi consulter le site officiel du Haut Commissariat aux Réfugiés qui dépend des Nations Unies. Cette année, le thème de la journée est l'espoir... et vu le contexte politique actuel les concernant, il en faut !

Voici le programme des animations et manifestations qui se tiendront dans tous les coins de France. C'est par là !

Et pour ceux qui le souhaitent, je vous invite à consulter le site d'Education Sans Frontière, association qui milite pour que les droits des enfants scolarisés soient respectés. En ligne, on trouve notamment des pétitions à signer. Et des infos sur la situation dramatique de certains camarades de vos enfants et de leur famille...

Aujourd'hui, 20 juin, restons sur nos gardes pour ne pas avoir honte de vivre dans ce pays...

lundi, juin 19 2006

Chouinette, serviette et salopette

La scène se passe au goûter... Entre deux bouchées de brioche, Chouinette me demande :"Maman, tu sais ce que c'est, une servie ?" J'ai beau réfléchir, je ne trouve pas de signification... "Non, je ne sais pas !" Chouinette se met à pouffer de rire et me dit :"Bah, c'est une serviette pour éléphant ! (et au cas où je sois trop bête, elle insiste) Bah oui, "ette", ça veut dire petit, alors on dit une servie d'éléphant !"

Deux bouchées plus tard, toujours la bouche pleine de brioche (elle est mal élevée, cette enfant !) :"Par contre, une salopette d'éléphant, je ne vais pas te dire ce que c'est, hein..."

Non, non, je ne veux pas le savoir... :-(

Entre nous, de l'eau...

J'ai pris un bain, cette nuit. J'aime bien m'allonger dans l'eau chaude le soir. D'abord, j'ai l'impression de flotter... Magali dirait que je fais la baleine pour de vrai... (l'Amoureux, parfois, il dit qu'avec Magali, j'ai pas besoin d'avoir d'ennemis !!! Bon, il faut dire qu'on a déjà fait un concours de cétacés il y a trois ans... que j'ai d'ailleurs remporté haut la main ! Alors ça rapproche !). N'empêche, on peut se bercer, faire des vagues (pas trop, sinon, ça déborde... mais comme je ne m'auto-gronde pas, ce n'est pas si grave !), se mettre sur le côté et avoir l'impression d'avoir un ventre aussi léger qu'une bouée...

Et puis quand je suis dans l'eau, que plus rien ni personne ne bouge dans la maison, je peux me regarder le nombril et observer ce qu'il se passe. Les bébés, ils réagissent à la température. Alors, ça fait des bosses qui se déplacent sans contrainte autour du ventre. Surtout une bosse, le dos de la Petite Soeur. J'aime bien savoir comment elle est placée, si son dos est à gauche ou à droite, où sont ses pieds, si elle est tournée vers l'intérieur ou vers l'extérieur. J'aime bien jouer avec elle. Je la pousse. Je l'appelle. Elle vient.

J'étais donc dans mon bain hier. Et je me disais :"tiens, c'est peut-être la dernière fois que j'ai ces sensations là !" J'ai toujours été fascinée par ce compte à rebours dont on ne connaît pas l'échéance ! C'est un temps à part. Une attente de cet enfant qu'on ne connaît pas vraiment même si on le porte en soi. A quoi ressemblera-t-elle ? Plus le moment de la naissance approche, plus les souvenirs des naissances de Chouinette et Crapouillot me reviennent en mémoire... Quand elle sera là, je n'aurai plus de sensations de grossesse mais d'autres petits bonheurs viendront les remplacer... La joie de partager des moments avec les autres personnes de la famille, l'odeur qu'elle aura, la chaleur de son petit corps...

Pendant que mes souvenirs venaient prendre le pas sur mes interrogations, j'ai laissé la vapeur chaude de l'eau (et la fatigue !) m'envahir petit à petit... Mes paupières sont devenues lourdes... Elle s'est blottie dans ma main, a bougé encore un peu... et nous nous sommes endormies, chacune dans notre monde liquide qui nous rend si proches et encore si étrangères... peut-être pour la dernière fois.

mercredi, juin 14 2006

La recette du poisson mariné à la tahitienne

L'été, on a envie de manger frais... Pour ceux qui manquent cruellement d'imagination et qui se restreignent à la salade niçoise, voilà un plat à essayer et à manger sans modération...

Ingrédients :

800 g de thon frais ou de saumon (normalement, on utilise de la bonite ou du mahi-mahi, mais par ici, ça ne court pas les rues ! Demandez à votre poissonnier d'enlever la peau !) - 8 à 10 citrons verts - 2 à 3 tomates - 1 concombre - 2 ou 3 carottes - 1 oignon - 1/3 de litre de lait de coco (on en trouve dans la plupart des grandes surfaces au rayon exotique ou en épicerie fine) - du sel et du poivre.

Réalisation :

  • Coupez le poisson en dés de 1 cm sur 1 cm ou 2.
  • Mettez vos dés de poisson à tremper dans l'eau de mer (pas de panique ! pour ceux qui habitent loin de la côte, de l'eau salée fera aussi bien l'affaire !!!).
  • Coupez les tomates en dés.
  • Pelez le concombre. Fendez-le en deux, épépinez-le. Emincez-le.
  • Epluchez les carottes. Râpez-les en julienne.
  • Epluchez et émincez l'oignon.
  • Mélangez vos légumes au fur et à mesure dans un saladier.
  • Egouttez le poisson et pressez-le dans un torchon.
  • Pressez les citrons. Mettez le poisson à mariner dedans pendant une dizaine de minutes (plus vous le laissez et plus il sera "cuit").
  • Egouttez le poisson et mélangez-le aux légumes.
  • Ajoutez le lait de coco et assaisonnez avec un peu de sel et de poivre.
  • Conservez au frais mais sans le glacer car le lait de coco pourrait givrer.

Votre plat est prêt quand il est bien frais. Il se dégustera en entrée ou en plat principal. Bon appétit !

mardi, juin 13 2006

En attente...

Quand l'Amoureux est rentré, hier soir, je lui ai dit :"Tu sais, j'ai eu pas mal de contractions aujourd'hui ! 'Faut que je me repose !" Lui, tête bizarre :"Tu ne veux pas attendre un peu ? Non, parce que là, on n'est pas prêt, hein..."

Coup de fil de ma grand-mère, hier soir, qui, investie d'une mission secrète, doit s'envoler pour de lointaines contrées pendant quelques jours (je ne vous ai jamais dit que j'avais une grand-mère extraordinaire ?) :"Bon, et tu m'attends pour accoucher, d'accord ?" :-)

L'Amoureux, qui passe juste à ce moment-là près de moi rajoute :"Ah mais ça, bien sûr ! On y compte bien, Grand-Mère ! D'ailleurs, si tu pouvais ne pas rater ton avion..."

Au fur et à mesure que la naissance approche, sans pour autant qu'on ne sache la date précise, les questions d'organisation se posent... et quelque chose me dit que l'Amoureux, il compte un peu sur la grand-mère globe-trotteuse ! :-)

Le match se fera... dans l'eau !

Dilemme pour l'Amoureux : ce soir, France-Suisse a lieu pendant l'activité piscine de Crapouillot.

Ce midi : "Alors, on fait quoi ce soir ? On va se baigner ou on regarde le match à la télé ?" Crapouillot répond aussi sec :"On va à la piscine ! Ouais !" (avec une tête de vainqueur) "Bon, d'accord !", répond l'Amoureux (avec une moue de dégoût)...

Quelques minutes plus tard, devant les caprices de Crapouillot, la voix est menaçante :"Bon, si tu continues ton cinéma, pas de piscine ! Ce sera télé et puis c'est tout !", dit l'Amoureux ! (Je rigole intérieurement... la punition ne serait pas pour tout le monde !!!)

Puis encore :"Tu es vraiment sûr, pour la piscine ? Oui ? Tu veux toujours y aller ?" "Oui ! Oui !", dit Crapouillot...

Je crois que ce soir, le match se fera dans l'eau ! Il est des fois où il est trop bête d'être un papa soucieux du bien-être de son petit garçon, quand même ! :-)

jeudi, juin 8 2006

Les préparatifs

Ce week-end, j'ai demandé à l'Amoureux de me sortir de la réserve tout ce qui concerne le bébé : poussette, landau, siège-auto, transat. Il faisait très beau. On a sorti les bassines et les brosses sur la terrasse et on s'est mis au boulot. Il a fallu tout déhousser, mettre à tremper, égoutter, frotter, rincer, étendre...

Pendant ce temps, la machine tournait et sur le fil, apparaissaient les pyjamas en taille 54 (1 mois), les bodies, brassières et bottons. Les duvets, turbulettes et autres accessoires...

En fin d'après-midi, j'étais épuisée comme si j'avais couru un marathon (en même temps, je ne peux pas savoir... mais j'imagine !) ! Je me suis assise et j'ai admiré le travail accompli ! Tous ces petits bouts de tissus suspendus, remuant au gré du vent... ça m'a fait prendre conscience que ça y est, on arrive dans la dernière ligne droite !

Le soir, j'ai repassé mon petit linge et tout rangé dans la petite valise. La plus grande sera pour moi... J'ai regardé sur la liste de la maternité : tout y est ! J'ai posé la valise en évidence... comme si c'était le genre de choses qu'on peut perdre ! Elle va attendre là jusqu'à ce que la Petite Soeur se décide à venir voir le monde...

Le lendemain, j'ai remonté les pièces du landau et de la poussette, en pestant parce que j'ai toujours été nulle en puzzle... C'est toujours un exercice angoissant : on se rend compte une fois qu'on croit avoir fini qu'on a oublié de mettre... le premier morceau ! En temps normal, on se dirait : "Bah on verra ça une autre fois !" mais là, comme c'est pour le bébé, on recommence modestement en faisant plus attention et en demandant son aide à l'Amoureux...

La salon est donc devenu un lieu où on entrepose (déjà qu'on y entrepose pas mal en temps normal !!!), où on vérifie, où on enveloppe pour ne pas que ça prenne la poussière... Tout est vérifié puis préparé...

Cela me met dans un état d'ébullition et en même temps, je serais presque mélancolique ! Je me dis que c'est sans doute la dernière fois que je prépare une naissance alors du coup, mes gestes prennent un écho particulier. Je fais bien attention à ce que je fais. Comme s'il fallait peser ce rituel, comme s'il fallait arrêter un peu le temps...

Tout ça pour dire que ce bébé, j'ai hâte qu'il soit là. Et en même temps, j'aimerais qu'il prenne tout son temps pour en profiter encore un peu. Moi. Toute seule. ;-)

Salto avant !

Des nouvelles de la Petite Soeur : elle a fini par le faire, son salto avant ! Voilà qui permet de nouveau d'envisager la naissance sereinement ! Après avoir senti ses jambes en position du lotus, je vois des bosses se balader sur le dessus de mon ventre ou sur les côtés... C'est rigolo ! :-)

(J'espère donc qu'elle ne se tentera pas le salto arrière dans les prochains jours !)

mercredi, juin 7 2006

Crapouillot ne perd pas le nord

Quand je vous dis qu'il est usant... Crapouillot a gagné il y a quelques temps un magnifique pistolet à eau. Il nous poursuit à grand coup de "Psitt ! Psitt !" lorsqu'il est dans sa chambre (j'aime encore mieux ça que Pan ! Pan !).

L'autre jour, au lever de la sieste, il demande :"On peut mettre de l'eau dedans ?". Je lui explique que ce n'est pas possible dans la maison. Lui, inébranlable :"Je peux faire pipi dedans, alors ?"

:-( Qu'est-ce-que vous voulez répondre à une idée pareille ???

Seules

Petit coup de blues hier soir. Crapouillot est assez usant en ce moment. Je ne sais pas si ce sont les trois ans, la fin de l'année scolaire ou autre chose mais il fait bêtise sur bêtise, répond quand on le gronde, fait des commentaires sur tout et il répète tout ce qu'on dit... Il arrive qu'on ait envie de lui faire une tête au carré ! Il faut dire que parfois nous sommes presque toute la journée tous les deux et que je fatigue un peu en ce moment... Je n'ai pas trop envie qu'on m'embête !

Après qu'il ait été couché, nous nous sommes retrouvés tous les deux dans le jardin, l'Amoureux et moi. Avons parlé pendant un moment du boulot, fait le point sur nos activités associatives en cours, dicuté de choses et d'autres. Moment tranquille, à la fraîcheur qui caractérise la tombée de la nuit, au milieu des rosiers et des chants d'oiseaux.

Je me suis fait la réflexion que quand Chouinette avait l'âge de Crapouillot, j'étais seule. Je travaillais dix heures par jour. Elle, passait de la nourrice le matin, à l'école puis à la nourrice. De 7h30 à 18h30. Tous les jours (enfin, si je réfléchis, ça arrive à d'autres enfants quand les deux parents travaillent !). Le soir, j'étais souvent épuisée, d'avoir été dans un contexte bruyant et elle, ma Chouinette, elle faisait parfois le même genre de crises que Crapouillot en ce moment. Elle voulait sûrement que je m'occupe d'elle. Ce qui est logique. Seulement, moi, je n'avais pas beaucoup de recul à ce moment-là alors je me fâchais, et il est même arrivé que je l'envoie se coucher sans histoire tellement j'étais à bout. Après, quand j'étais calmée, j'allais la regarder dormir et je pleurais en culpabilisant...

Quand l'Amoureux est entré dans notre vie, c'est une des premières choses qui a changé. Il s'est très vite occupé de Chouinette. A vite compris quand la coupe était pleine pour moi. Alors, il l'emmenait lire une histoire, faire un jeu de société, ou tout simplement discuter avec elle. Et elle, se calmait naturellement... C'est notamment en les regardant tous les deux que j'ai su qu'on pourrait faire un bout de chemin ensemble. Et même fonder notre famille à nous. Parce qu'elle était bien avec lui. Parce qu'il faisait attention à elle. Cela m'apaisait et je pouvais recharger mes batteries.

Je me disais, donc, à quel point c'est bien d'être deux adultes dans la maison. A quel point c'est agréable de pouvoir se passer le relais quand on voit qu'on va perdre pied. A quel point c'est important que la pression soit répartie sur deux pôles... Quand l'un des deux perd patience ou n'a pas envie de jouer, l'autre peut le faire. Il faut jongler, bien sûr, mais quand ce système fonctionne, quel bien-être !

Vraiment je n'aimerais plus être à la tête d'une famille monoparentale... Parfois, quand je vois des parents seuls (des mères, la plupart du temps) qui ne s'en sortent pas, je repense à ce temps où j'en faisais partie. Et souvent j'arrive à la conclusion qu'ils ont plus besoin d'une aide éducative que d'un jugement de valeur...

C'est sûr, ce soir, quand je serai fatiguée, je regarderai Chouinette et j'aurai un petit pincement au coeur. Si elle me parle, je serai plus attentive pour l'écouter. Je ne pourrai pas changer le temps passé où nous étions seules mais je me dirai que je peux rendre le temps présent plus sain.

C'est sûr, ce soir, quand je serai fatiguée, je regarderai Crapouillot et j'aurai peut-être envie de lui faire une tête au carré. Ou de lui tirer les oreilles en pointe. J'essaierai de prendre un peu de recul et de passer la main à son père. En essayant de nous énerver le moins possible. Parce que ce n'est pas souvent une bonne solution.

C'est sûr, ce soir, quand je serai fatiguée, je regarderai l'Amoureux et je me dirai que vraiment, je suis fière qu'il soit le père ou le beau-père de mes enfants (d'ailleurs, comme il dit parfois à Chouinette pour la taquiner :"Dans beau-père, il y a beau !").

Alors, je pourrai aller dans mon jardin, à la tombée de la nuit, écouter les oiseaux ou sentir mes roses. Et je pourrai me dire sereinement que globalement, ma vie, elle est quand même jolie. :-)

lundi, juin 5 2006

Une compilation à transmettre...

Didier vous propose de lister les 22 morceaux de musique que vous aimeriez transmettre aux générations futures (et à nous, aussi, maintenant). L'occasion aussi de créer une première compilation blogguesque ! Si l'idée vous branche, cliquez là !

Voici ma liste, à prendre dans le désordre...

  1. Geoffrey Oryema - Mon frère John (parce que c'est la plus belle chanson sur l'absence de l'Autre que je connaisse)
  2. Mon amant de Saint-Jean (parce que c'est LA chanson de mes grands-parents et que ça signifie pour moi de belles valeurs)
  3. Henri Salvador - Le loup, la biche et le chevalier (pour toute la tendresse qu'elle véhicule)
  4. Edith Piaf - Hymne à l'amour
  5. Georges Brassens - Les copains d'abord (pour son côté feu de camp sur la plage)
  6. Barbara - L'aigle noir
  7. Jacques Brel - La chanson des vieux amants
  8. M - La fleur
  9. Mickey 3D - Respire (pour les générations à venir)
  10. Portishead - Glory Box
  11. Jamait - La fleur de l'âge (pour son côté gouaille et vrai)
  12. Alain Bashung - Madame Rêve (pour sa sensualité)
  13. Bénabar - Je suis de celles (parce que la chanson parle de celles à côté de qui on passe et qu'on ne voit jamais)
  14. Lynda Lemay - Les souliers verts (pour son côté tranchant tout en humour)
  15. Serge Gainsbourg - La javanaise
  16. The Eagles - Hotel California (mon adolescence...)
  17. Lhasa - Con toda Palabras (pour la sensibilité qui se dégage de son interprète)
  18. Manu Chao - Clandestino
  19. Maxime Leforestier - Mon frère
  20. Noir Désir - Aux sombres héros de l'amer
  21. Daniel Balavoine - Tous les cris les SOS
  22. Michel Berger - Seras-tu là ?

Voilà... cela ne correspond pas tout à fait à ce que j'écoute... C'est une compilation très nostalgique... Mais s'il faut en choisir 22... Je rends ma copie comme ça !

jeudi, juin 1 2006

Et hop, une petite blague !

L'autre jour, alors qu'on regardait le hors-série dont je parle sur le foot, Chouinette demandait très sérieusement à l'Amoureux si la France pouvait être en finale, comment on décidait quelles équipes allaient en quart de finale, etc. L'Amoureux, tout aussi sérieux, lui répondait très précisément et regardait avec elle quelles équipes avaient des chances de passer en quart dans chaque groupe...

Chouinette demande :"Et tu te rends compte, si la France est en finale ?". L'Amoureux répond : "Oui, ça serait super ! Mais ça ne va pas être facile, tu sais !". Moi : "Oui, ce qui serait vraiment ballot, c'est que la France soit en finale et que la Petite Soeur ait envie de naître ce jour-là !"

Je ne sais pas pourquoi, ils n'ont pas rigolé ! Moi, si ! :-)

mercredi, mai 31 2006

La Coupe du Monde de football pour les enfants

L'Equipe et le magazine Images Doc proposent aux 8-12 ans un hors-série consacré à la Coupe du Monde de football en Allemagne, dans toutes les librairies entre le 10 mai et le 10 juillet 2006.

Le contenu est très imagé et ce numéro spécial est assez bien conçu : il est agréable à consulter et pratique. On peut le découper en plusieurs morceaux distincts :

  • La Coupe du Monde en Allemagne : on découvre les 32 pays qui vont y participer, triés par groupes. Pour chaque groupe, certains joueurs-stars ont droit à une fiche un peu détaillée sur leur parcours ou particularité. Par exemple Zidane, Ronaldinho, Beckham. En plus, une carte d'Allemagne permet de visualiser où joueront les différentes équipes.
  • La compétition : un tableau propose de noter les résultats des matches au fur et à mesure, des premiers affrontements jusqu'à la finale.
  • La bande dessinée : elle permet de raconter l'histoire du football depuis l'antiquité jusqu'à sa création officielle en 1863 par les Britanniques, à travers deux évènements majeurs qui sont les exploits de Pelé et la victoire des Bleus en 1998.
  • L'interview de Thierry Henry : on y découvre son parcours de joueur professionnel dans l'Equipe de France et dans son club d'Arsenal. Mais on apprend aussi comment il a commencé ce sport, dans quelles conditions vivent les jeunes joueurs en centre de formation et ses débuts dans un grand club.
  • Le poster de Zizou d'un côté, et les meilleurs joueurs de football du moment de l'autre.
  • Un rappel des règles du jeu, pour les non initiés.

Je trouve cela pas mal, notamment dans les maisons où les papas sont footeux, que les enfants puissent suivre et partager cet évènement incontournable (les non footeux ne pourront guère l'éviter !) avec eux. 4,90€.

Chouinette et ses cinq choses les plus importantes

La discussion a lieu dans la voiture...

Chouinette demande à l'Amoureux : "Dis, pour toi, c'est quoi les cinq choses les plus importantes ?" L'Amoureux réfléchit un peu et demande : "Ce qui est le plus important pour moi, tu veux dire ?" Chouinette répond : "Oui, oui, pour toi, dans ta vie à toi, quoi !"

L'Amoureux se lance : " Bon, en un, l'amour de ma femme... En deux, l'amour de mes enfants. Enfin, quand je dis mes enfants, je parle des enfants de la maison, hein ! Parce que même si je ne suis pas ton papa, pour moi, tu es un enfant de la maison comme Crapouillot (sourire -satisfait- de Chouinette dans le rétroviseur)... Alors, en trois, je vais dire la liberté ! Parce que si on n'en a pas, on ne peut pas vivre ! En quatre, je vais dire un peu de bonheur... Parce que sinon, la vie serait trop triste. Et puis en cinq, disons... gagner ma vie correctement pour que ceux qui vivent à la maison ne manquent de rien et puissent aussi se faire plaisir !"

Chouinette a l'air satisfaite par la réponse. Elle demande :"Et toi, tu veux savoir ce que c'est, pour moi, les cinq choses les plus importantes ?"

Voyant le signe de tête de l'Amoureux, elle prend sa respiration et énumère ce qu'elle a visiblement bien préparé dans sa tête :" En un, je dis le paradis." Regard amusé et interrogateur de l'Amoureux dans le rétro :"Le paradis ?" Chouinette hausse les épaules :"Bah oui, comme le paradis du ciel ! Pas celui de Dieu, parce que bon, c'est plutôt celui des morts ! Mais tu vois, comme je suis un peu dans les trucs de fées, je dis le paradis avec des choses qui pousseraient sur les arbres : des fruits, des bonbons, des perles, des steacks ! Tout le monde pourrait cueillir ce qui lui fait plaisir ! Et puis on pourrait faire tout ce qu'on voudrait ! Enfin, c'est un truc de fille de 9 ans, tu vois !" L'Amoureux acquiesse :"Oui, oui, je vois bien, oui !"

"En deux, je dis l'amour de ceux qui m'aiment ! Parce que c'est important que ceux qui m'aiment continuent à m'aimer, les personnes de ma famille, mes copines, tout ça !" L'Amoureux répond : "Oui, même si tu sais qu'on ne peut pas aimer tout le monde et tout le monde ne peut pas nous aimer de la même façon !" Chouinette dit :"Oh, oui, on peut aimer d'amitié ! Mais quand même c'est mieux de s'aimer un peu parce que parfois, sinon, ça fait des histoires entre les gens et après, on se fâche !"

"En trois, je dis une grande maison. Bon, la nôtre est déjà pas mal, je dis pas non plus un château ! Mais une grande maison avec une place pour tous ceux qui sont dedans !"

"En quatre, je dis de rencontrer de nouvelles personnes à aimer, de me faire de nouveaux amis !"

"Et en cinq", demande l'Amoureux ? "Alors en cinq, je dis faire des études qui me plaisent comme ça après je pourrai choisir un métier intéressant et je pourrai avoir assez d'argent pour vivre comme je veux et pour m'acheter des choses"...

Finalement, les filles de 9 ans, elles voudraient des choses qu'on voudrait un peu tous, non ? (bon, je vous le concède, peut-être pas le côté paradisiaque et féérique... mais on est une fille de 9 ans ou on ne l'est pas !!!) :-)

Et vous, c'est quoi vos cinq choses les plus importantes ?

mardi, mai 30 2006

Sacré pied !

Malgré des séances de pont indien, des caresses ventrales pour l'adoucir, des manipulations effectuées par le médecin, la Petite Soeur est toujours assise en tailleur...

Chouinette, qui me demande régulièrement des nouvelles, me déclare en voyant mon air un peu navré : "C'est sûr, je comprends : il vaut mieux qu'elle naisse d'abord par la tête, la Petite Soeur... parce qu'en siège, elle risque de te griffer, avec ses petites ongles de doigts de pieds !"

Ah oui, tiens ! Je n'avais pas vu les choses comme ça, moi ! :-) Finalement, les enfants sont assez rassurants !

mardi, mai 23 2006

Regarde, Maman, il est tout beau, l'aspilateur !

Crapouillot vient me voir, un mouchoir en papier à la main :"Regarde, Maman, il est tout beau, l'aspilateur !" Il est très content de lui, vu le grand sourire qu'il porte sur ses lèvres... Moi :"Tu l'as nettoyé avec ton papier ?" Lui :"Oui, et avec ma morve, comme ça, il brille !"

:-( Bah oui, ça je me doute qu'il doit briller ! Cela me rappelle sa séance de nettoyage du bas des baies vitrées, avec le torchon de cuisine et une flaque d'eau d'il y a deux ou trois jours...

- page 1 de 10