Ce week-end, j'ai demandé à l'Amoureux de me sortir de la réserve tout ce qui concerne le bébé : poussette, landau, siège-auto, transat. Il faisait très beau. On a sorti les bassines et les brosses sur la terrasse et on s'est mis au boulot. Il a fallu tout déhousser, mettre à tremper, égoutter, frotter, rincer, étendre...

Pendant ce temps, la machine tournait et sur le fil, apparaissaient les pyjamas en taille 54 (1 mois), les bodies, brassières et bottons. Les duvets, turbulettes et autres accessoires...

En fin d'après-midi, j'étais épuisée comme si j'avais couru un marathon (en même temps, je ne peux pas savoir... mais j'imagine !) ! Je me suis assise et j'ai admiré le travail accompli ! Tous ces petits bouts de tissus suspendus, remuant au gré du vent... ça m'a fait prendre conscience que ça y est, on arrive dans la dernière ligne droite !

Le soir, j'ai repassé mon petit linge et tout rangé dans la petite valise. La plus grande sera pour moi... J'ai regardé sur la liste de la maternité : tout y est ! J'ai posé la valise en évidence... comme si c'était le genre de choses qu'on peut perdre ! Elle va attendre là jusqu'à ce que la Petite Soeur se décide à venir voir le monde...

Le lendemain, j'ai remonté les pièces du landau et de la poussette, en pestant parce que j'ai toujours été nulle en puzzle... C'est toujours un exercice angoissant : on se rend compte une fois qu'on croit avoir fini qu'on a oublié de mettre... le premier morceau ! En temps normal, on se dirait : "Bah on verra ça une autre fois !" mais là, comme c'est pour le bébé, on recommence modestement en faisant plus attention et en demandant son aide à l'Amoureux...

La salon est donc devenu un lieu où on entrepose (déjà qu'on y entrepose pas mal en temps normal !!!), où on vérifie, où on enveloppe pour ne pas que ça prenne la poussière... Tout est vérifié puis préparé...

Cela me met dans un état d'ébullition et en même temps, je serais presque mélancolique ! Je me dis que c'est sans doute la dernière fois que je prépare une naissance alors du coup, mes gestes prennent un écho particulier. Je fais bien attention à ce que je fais. Comme s'il fallait peser ce rituel, comme s'il fallait arrêter un peu le temps...

Tout ça pour dire que ce bébé, j'ai hâte qu'il soit là. Et en même temps, j'aimerais qu'il prenne tout son temps pour en profiter encore un peu. Moi. Toute seule. ;-)